Alex et les Lézards (1980-1984) - Historique 


Le groupe ALEX & LES LEZARDS s'appelait FREE HANDS avant de se produire pour MARIAL CARSELES et faisait de la reprise des groupes rocks de l'époque : STONES, PINK FLOYDS, TEN YAERS AFTER etc... JOEL, le guitariste reprenait a merveille ces morçeaux. Ils se produisaient dans divers manifestations : bals, mariages, soirées, etc...
José, Joël, Dominique et moi (Gérald Daguet) avions commis ce forfait : être le premier boys band du rock français. Nous jouiions une musique simplissime, teintée d'humour, de costards taillés sur mesure aux vedettes du PAF, lesquelles s'évertuaient d'ailleurs à dire que nous étions des garçons gentils. C'est en effet ce qui nous caractérisait : bonne humeur, sérieux, et pas de grosse tête. Voilà pourquoi, encore aujourd'hui, 25 ans après, cette période est tout à fait avouable pour nous.

Notre oeuvre se résume à cinq 45 tours. Le morceau le plus connu : DUR DUR ! Bien des gens ont polémiqué sur le fait que nous ayons chanté Dur Dur. "Ils ont pompé sur le Collaro Show", "Ils ont tout piqué à Roland Magdane" etc... Bref, on n'a rien pompé du tout, "Dur Dur" était une expression du moment que Collaro, Magdane,... et nous, employions dans notre vie de tous les jours, et aussi au boulot. Fin de la polémique.

A cette époque, les emissions de variété étaient légion : Guy Lux, Danielle Gilbert, Sabatier, Drucker. Les premiers clips vidéo arrivaient et passaient en boucle sur FR3... L'arrivée de Mitterrand sonnait l'avènement des radios libres, surtout Radio 7 et NRJ... bref, on nous voyait, on nous entendait toute la journée, nous étions de vraies stars (surtout dans notre cité et nos bahuts), mais, franchement, quel pied d'être reconnu dans la rue, d'avoir notre place et notre bouteille dans les grandes discothèques, de signer des autographes, d'avoir une meute de filles hystériques à nos trousses... Notre véritable boulot? les concerts. Peut-être 150 par an, entre 1980 et 1983. Fallait bien qu'on gagne notre vie, compte tenu du maigre pourcentage prévu par nos maisons de disques (de surcroît divisé par 4...).

C'est ainsi que nous avons parcouru la France de long en large, mais aussi la Belgique, le Luxembourg, tous logés dans un Fort Transit d'occasion la plupart du temps pas assuré, avec un matos qui nous permettait de répondre à tous types d'endroits ; discothèques, théâtres, salles des fêtes, gymnases, plein air...

On a tout vu : le concert à la Tour Eiffel devant 20.000 marathoniens, la kermesse de campagne, l'Olympia avec Sardou, mais aussi l'attraction en discothèque avec 4 danseuses topless de chaque coté de la scène.

Gérald Daguet

 

Alex et les Lézards.