Des sourires et des larmes
 
Retour

Des sourires et des larmes      

Non, je n’oublierai pas ton si joli sourire,
Et quand, tout près de moi, lorsque j’étais petit,
Tu venais le soir tard, assise sur mon lit,
M’raconter des histoires, avant de m’endormir.
Non, je n’oublierai pas tes longs cheveux dorés,
Ton si joli visage, ton regard si doux,
Te penchant doucement, déposant sur ma joue,
Toute ta protection par un tendre baiser.

Non, je n’oublierai pas les larmes de tes yeux,
Roulant sur ton visage et venant de chagrins,
Que je n’comprenais pas mais que je voyais bien,
Je te prenais la main, la serrant de mon mieux.

Non, je n’oublierai pas les instants d’insouciance,
Ces longues heures passées près de la cheminée,
Dans la petite cour près du grand escalier,
Ont marqué les souvenirs de ton petit enfant,
Non, je n’t’oublierai pas ma petite maman,
Même si longtemps la vie m’a éloigné de toi,
Je n’ai jamais cesser de t’avoir près de moi,
Dansent les images et passe le temps.

Non, je n’oublierai pas les larmes de tes yeux,
Roulant sur ton visage et venant de chagrins,
Que je n’comprenais pas mais que je voyais bien,
Je te prenais la main, la serrant de mon mieux.

Non, je n’oublierai pas ton visage endormi,
Tes longs cheveux blancs, ton front un peu ridé,
Tu es fatiguée, tu veux te reposer,
Après avoir donné les années de ta vie.
Non, je n’oublierai pas ma petite maman,
La dernière image que je garde à jamais,
Moi, je te parlais et toi tu t’endormais,
Dansent les images et s’arrête le temps.

Non, je n’t’oublierai pas ma petite maman,
Je te garde en mon cœur et dans mes souvenirs,
Je revois un instant ton visage sourire,
Quand je prenais ta main, la serrant comme… avant.

Haut de page

Musique

Haut de page | Retour